Au rythme du Swing Tour...

La tournée mondiale touchait à sa fin. Une impression de sérénité régnait dans les coulisses. A plusieurs reprises lors de la tournée européenne, Robert a pris le temps de nous confier ses pensées et son état d'esprit dans les moments clés du Swing Tour. TIB a pris le pouls du chanteur de The Cure au Bataclan, à Kiel et à Birmingham. Robert analyse les grandes mutations entre les concerts de cette année et ceux du Wish. Les propos sont lucides et il évoque les raisons du succès de cette année.
Retour sur les états d'âmes d'une tournée.

J'ai beaucoup changé depuis le Wish Tour. De beaucoup de façons. J'ai trouvé très difficile de donner un sens à certaines choses que j'ai faites. J'ai fait des choses en public que je trouve assez étranges. Mais bon, j''aime toujours ça.
Je pense que certains des concerts de cette tournée ont été parmi les meilleurs concerts que j'ai jamais faits. Et je pense que les bonnes réactions tendent à le prouver. Une des très bonnes choses d'avoir Roger de nouveau dans le groupe, c'est qu'on peut maintenant jouer des titres comme "Prayers For Rain" Et le faire correctement et faire que cela sonne bien. Cela a apporté un plus au groupe qui je pense manquait pendant le Wish Tour. Le Wish Tour fut très bon mais est un peu resté statique, il n'a pas évolué. Les premiers concerts furent presque identiques aux deux derniers alors que dans cette tournée, c'est un concert complètement différent, un son complètement différent, une mentalité différente, presque un groupe différent que lors des premiers concerts.
La plus grande différence, c'est mon approche psychologique de la tournée, très différente de celle du Wish Tour. Le Wish Tour, c'était plus comme un show. Le show tout entier était à dessein. Je ne me faisais pas plaisir parce que c'était un grand show alors que là, c'est plutôt un retour vers l'idée que j'avais d'être la personne la plus importante sur scène, et non pas le public. C'est un peu un retour vers des temps égoïstes. Mais c'est étrange parce que je pense que cela fonctionne mieux. On joue simplement ce que je veux et on fait ce que je veux, et le public semble de toute manière préférer ça. Pendant le Prayer Tour, on essayait de construire un spectacle et c'était... En fait ce n'était qu'un pas dans la foulée de Disintegration. C'était une suite logique de devenir plus gros. Retourner aux Etats-Unis et faire le Rosebowl, la plus grande salle des Etats-Unis, le Texas Stadium, ça n'a aucun sens. Cette fois, on ne pouvait pas. Et assez bizarrement, cela m'a fait plaisir de ne plus être aussi populaire. Parce si on nous avait donné le choix de jouer dans un stade, on aurait probablement dit "ok, juste un", tu sais... Et c'est vraiment bien qu'on ne fasse plus de stade. " Je pense que c'était bien de voir que tout fonctionnait bien sur scène. Cela n'a rien à voir avec 1992 on avait l'impression que chacun jouait pour lui-même alors que cette année c'est plus comme un groupe qui joue ensemble.
Oui. Il y a vraiment une communication sur scène et c'est la première fois que ça arrive depuis dix ans, que je puisse parler à tout le monde sur scène. Je me ballade et je leur parle. Et avant, je ne me sentais pas à l'aise. J'ai toujours parlé à Simon mais si jamais j'avais essayé de parler à Porl, c'était comme si quelque chose n'allait pas, je ne devais lui parler que si quelque chose n'allait pas. Et j'avais un peu créé cela. C'était les seuls échanges qu'on avait sur scène "Bordel qu'est-ce qui se passe!!!" Alors que cette fois, on a quelqu'un qui sourit et, c'est sympa quelqu'un qui te sourit.
Je pense aussi que l'équilibre est atteint sur scène également. Et c'est la différence. C'est comme l'introduction de nouvelles chansons. Je pense que cela donne une idée de ce que le groupe est et ce qui fait le groupe. Et même dans les très rares occasions où l'on a fait des chansons comme "The Figurehead" ou "The Drowning Man", la façon dont le public a réagi, cela donne un sens à la raison d'être du groupe, pas l'histoire du groupe, pas en tant que groupe. Cela me rappelle aussi pourquoi je prends plaisir à le faire. Alors que pendant le Wish Tour, on considérait que c'était pendant les chansons évidentes ou les chansons de Wish et c'est tout. Alors que pendant cette tournée, il y a eu des soirs où l'on n'a joué que sept chansons de Wild Mood Swings ce qui est assez inhabituel par rapport au passé. Je pense que l'accent était mis sur la promotion de l'album et du groupe alors que cette fois c'était un peu "merde, personne n'aime de toute façon alors autant se faire plaisir" Donc d'une certaine manière, le manque de public a vraiment tourné à notre avantage parce que tu dois faire avec. Ça ne m'a pas autant touché que certains des autres. Ils étaient un peu "ouais, personne ne nous aime" mais il y a une façon de s'en accommoder. J'ai essayé d'introduire dans l'esprit du groupe que les gens qui étaient là étaient ceux qui comptaient, donc que si c'était bien pour eux, cela n'avait aucune importance vis à vis de ceux qui n'étaient pas là. Qu'ils le croient ou non, je ne sais pas. Tu dois faire sentir et dire "Vous auriez dû être là, c'était vraiment bien", c'est de cette manière que tu récupères les gens qui ne se sont pas souciés de venir.



"J'ai virtuellement tout apprécié"

Cette tournée, je n'arrive pas à croire que c'est terminé en fait. Ça a été tellement vite pour la première fois.

Donc tu as aimé ?
Oui. J'ai virtuellement tout apprécié cette fois ; à part une ou deux occasions où j'étais malade. Mais dans les deux domaines où cela compte pour une tournée, le domaine du voyage, ça ne me plaira jamais, c'est chiant et les hôtels peuvent être vraiment fabuleux, c'est nul quand même, vraiment pénible de vivre dans un sac et particulièrement maintenant que j'ai une maison sympa, que je suis en quelque sorte plus stabilisé que je n'ai jamais été... Avoir à se lever jour après jour pour aller autre part, toujours différent. Mais l'ambiance dans le groupe est cent fois meilleure qu'elle n'a jamais été dans une tournée. Il n'y a eu qu'une seule vraie dispute sur la tournée.

Entre ?
Simon et moi. C'était sérieux, on s'est battu, c'était super. La première fois depuis des années. Mais c'est tout. Immédiatement après, toute la tension est partie, c'était une convention au début de la tournée comme il y en a toujours. Mais l'autre chose, la plus importante, c'est la manière dont les shows se sont déroulés, certainement quelques uns des meilleurs qu'on n'ait jamais faits en tant que groupe. Et je pense que le set standard a été de très haute qualité, a été véritablement très fort. Au moins sur cette tournée, on a fait des chansons différentes et cela a vraiment fait la différence, juste aller sur scène et jouer les vieilles chansons et ne pas être sûr que cela fonctionne, c'est vraiment bien, c'est un sentiment vraiment agréable.
On aurait dû faire "Six Different Ways", je pense que ç'aurait été marrant. Comme lorsqu'on a fait "The Same Deep Water As You" pour la première fois à Manchester. On aurait dû faire au moins une nouvelle chanson ce soir mais je pense qu'on n'y arrivera pas. Mais ça n'a pas d'importance, on a presque fait tout ce que je voulais faire. Je crois qu'on voulait en faire 75 au début. J'ai une liste de 75 chansons dans mon sac et je pense qu'on a dû en faire à peu près 70. Non ?(67 en fait-NDLR) Enfin quelque chose comme ça... sur toute la tournée. La seule qu'on n'a pas faite et que je voulais vraiment faire est "All Cats Are Grey", on ne l'a pas fait ce qui est dommage. Je voulais faire "Pornography" aussi à un moment mais...
J'ai détesté le Bataclan. C'est en fait le pire concert. Bien pire que Stuttgart!!!
J'ai d'abord trouvé qu'il faisait beaucoup trop chaud. On n'avait aucun ventilateur sur scène. J'avais demandé des ventilateurs et il n'y avait aucun ventilateur dans tout le bâtiment!!! C'est incroyable. Même si j'avais eu 21 ans, j'aurai eu besoin d'un ventilo. Il faisait tellement chaud que j'ai cru que j'allais en crevé et j'ai manqué d'eau sur scène parce qu'ils avaient oublié de m'en donner. Ce sont des détails mais lorsque tu as cinq secondes pour boire et qu'il n'y a rien... Cela m'a vraiment mis en colère. Non, pour moi, ça n'a pas fonctionné. J'ai simplement haï chaque seconde de la minute où ça a commencé jusqu'à la minute ou ça s'est terminé. Il y avait une drôle d'ambiance lorsqu'on est retourné à l'hôtel.

Tous les fans ont aimé...
T'en es sûr? Je crois que c'est un peu de la nostalgie, ou un truc du style "j'y étais"...

Non je pense qu'ils ont aimé parce que vous avez joué des titres peu ordinaires.
Oui, je pense que c'est ce qui a fait la différence mais en tant que concert, c'était nul.

Tu le penses vraiment?
Oui. Si tu compares ça et Bercy, je pense que Bercy fut infiniment meilleur. J'étais furieux le lendemain parce que Bill a appelé pour dire "Oh, les gens ont dit que c'était le meilleur concert que vous ayez fait en France depuis dix ans" J'ai pensé "Quelles conneries!!!"

Ce n'est pas la même chose. Tu ne peux pas comparer Bercy et Bataclan.
Je pense que faire "The Funeral Party" fut excellent. Mais même "Subway Song" fut ratée parce qu'ils m'ont donné un mauvais harmonica, ce n'était pas la bonne note.

Personne n'a remarqué!
Moi si. Cela devait être si bémol et ils m'ont donné un si en me disant "ne souffle pas aussi fort et ça sera pareil!!!" Et aussi, il y a eu tellement de choses qui se sont passées ce jour là qui ont fait que je n'ai pas pu apprécier comme j'aurais dû. Ce fut un peu trop... la traversée de Paris... Lorsqu'on est remonté sur scène, ma tête tournait mais si j'avais bu une bière pendant les deux heures précédentes, j'aurais pu entrer dans l'ambiance et j'aurais apprécié le concert mais je ne me suis pas senti comme faisant partie du show.

Tu étais stressé ?
Non, je ne me suis pas senti dans l'ambiance du tout. Si cela avait été le style de concert où on avait été dans le dressing room pendant une heure avant, tout le monde aurait été excité, ç'aurait été vraiment bien mais on est juste arrivé comme tu sais et on est monté sur scène, c'était pas si marrant que ça. Je ne sais pas si les autres ont aimé, je ne pense pas que Simon ait aimé. Ils ont dit que la raison pour laquelle ce n'était pas terrible, c'est que c'était trop long. Parce que j'avais trop insisté pour jouer deux titres de chaque album et que l'on aurait dû faire seulement un titre de chaque album.

C'est pour cela que vous avez enlevé "Never Enough"?
Oui. Je vois l'idée mais si on avait fait qu'une chanson de chaque album, cela n'aurait fait qu'un set de treize chansons!

Le fait d'avoir moins de public cette fois-ci comparé au Wish Tour t'a-t-il affecté?
Sur toute la tournée ? Non. Aux Etats- Unis, je ne l'ai pas vraiment remarqué. Je suppose parce que c'est en général un plus vaste public. A part Orléans et Kiel qui ont été ridiculement faibles avec des publics d'environ 1500 personnes, 1100 à Kiel, je crois, et 1500 ou 1600 à Orléans, ce qui est assez sombre. Si on avait fait Aberdeen, on aurait tourné autour de 1100, ça aurait été horrible. Je crois que n'importe quoi en dessous des 2000, c'est "On ne peut même pas jouer devant 2000 personnes"!!! Mais en même temps, cela ne m'a pas touché de la manière dont j'avais peur, parce que j'ai tellement apprécié les concerts que je pense "si on avait eu plus de personnes ici, cela aurait été plus bruyant mais ça n'aurait pas été meilleur" Et au moins, tu sais que les gens qui sont aux concerts sont vraiment ceux qui veulent nous voir jouer. Ils ne sont pas là juste parce que... Je pense que par le passé, c'était plus du style "Oh, allons y, on verra à quoi ils ressemblent, allons y au hasard" Et la moitié du public achète des billets et on doit les impressionner. Alors que cette fois, je ne pense pas que quiconque ait fait ça. Il n'y avait pas une seule personne dans le public qui ait acheté un billet et attendait de voir ce qu'on donnait. Je pense que tous les gens présents savaient qu'ils aimaient le groupe. En Europe, probablement plus qu'au Royaume Uni, le public est très bon. L'Espagne, l'Italie, c'était du fanatisme... Et en France le public est véritablement très bon. L'Allemagne, c'était plus bizarre et c'est toujours bizarre en Angleterre. Wembley fut un très bon concert et Manchester fut très bon. Je n'ai pas aimé Sheffield. J'ai trouvé ça terrible.

Comment expliques tu cette désaffection du public, est-ce parce que vous avez disparu pendant quatre ans ?
Oui, je crois que nous avons manqué toute une génération d'étudiants (rires) en disparaissant pendant quatre ans. Il y a un fort pourcentage de gens qui vont au concert qui a cet âge. Ce que je veux dire, c'est que les gens de mon âge ne vont plus vraiment en concert, donc on doit rajeunir notre public ; je pense que cela a fait une plus forte différence que je ne l'avais imaginé. Mais je pense que nous sommes probablement aussi plus "hors mode" actuellement que nous ne l'avons jamais été. C'est simplement ça. C'est mon look je suppose. Nous sommes vraiment à côté de tout ce qui est à la mode.
Je pense que c'est un truc médiatique aussi, ne pas être dans les médias dans le sens où les gens savent qui nous sommes. Et c'est plus difficile de faire un album. Je pense que si Wild Mood Swings était sorti deux ans après Wish, il serait devenu numéro 1 dans les charts. Parce que ça aurait été le même public. Mais je pense qu'après quatre ans, les gens oublient et ils passent à autre chose. Et puis la génération suivante ne sait pas que The Cure est bon parce que tout le monde dans les journaux dit qu'on est de la merde. Et on n'a pas de hit single. Et généralement, on ne passe pas à la radio ou à la TV. C'est très difficile. Je soupçonne qu'après cette tournée, si on devait sortir quelque chose l'année prochaine, cela marcherait mieux que Wild Mood Swings peu importe ce que ce serait. Mais il n'y a aucune raison de faire cela. Je ne m'inquiète jamais tu sais. Ce que je veux dire, c'est que c'est la première fois que je dois considérer que notre public diminue, c'est un truc nouveau pour moi, mais je me souviens une époque où jouer devant 1100 personnes était un putain de rêve alors... Si je suspectais que personne ne veuille plus qu'on joue, que plus personne ne veuille qu'on fasse quelque chose, je n'essaierais pas d'insister. Non. Je ne persisterais pas.
J'aurais préféré que l'on fasse les dates anglaises dans des théâtres, j'ai imploré pour qu'on les fasse dans des théâtres. Ç'aurait été vraiment excellent de jouer l'Albert Hall ou le Manchester Apollo par exemple. Ce sont de vraiment bonnes salles pour jouer et c'était à peu près ce qui pouvait nous convenir. Mais les promoteurs ont dit : "Non, non, non, ça sera Ok, on fera beaucoup de pub" et ça n'a pas marché, tu sais, ça n'a pas d'importance, tu peux mettre autant d'affiches que tu veux, si les gens ne veulent pas aller aux concerts, ils n'iront pas. C'est un peu une erreur. C'est un peu la honte de vendre si peu, enfin je pense que ce soir, ce sera bien mais on est un peu en perte de vitesse en Angleterre. On aurait dû terminer à Rome ou ailleurs

Avec les derniers concerts, Robert a pu faire le point sur cette année qui a concentré tous les aspects du travail de groupe. Il semble posé lorsqu'il parle de l'avenir, plus sceptique sur ses envies de refaire des concerts bien que ceux-ci se soient bien déroulés. En revanche, aucune ambiguïté sur son désir de continuer.

Et l'année prochaine?
J'enregistrerai l'année prochaine.

Tu ne vas pas attendre quatre ans pour tourner de nouveau?
Je ne sais pas si je veux encore tourner, à vrai dire. Honnêtement, j'ai pensé que tous ces concerts étaient les derniers, et c'est une des raisons pour lesquelles je les ai tant aimés.

Tu dis ça à chaque fois!
Mais ce devra être vrai un jour. Je sais qu'on ne fera plus jamais de tournées comme celle-ci, voyager en bus, faire une centaine de concerts parce que je n'ai pas la capacité mentale de le faire. Non, je ne l'ai pas

Alors faites une tournée de festivals...
Oui, mais ce n'est pas aussi bien de faire des festivals. Ce serait possible de le faire, une petite tournée de juste les grandes villes mais ça coûterait une fortune, on devrait avoir un sponsor et je ne veux pas faire de concerts sponsorisés donc, c'est difficile. Ce serait comme faire une tournée pour le plaisir de jouer live. En fait, c'est ce qui s'est passé avec ce tour qui a commencé à juste vouloir faire les grandes villes et lorsqu'on en est arrivé au prix que cela coûterait si on voulait avoir une scène à nous, on perdait des centaines de pounds et on a dû faire une tournée plus longue. C'est une de ces choses ridicules, on doit jouer un certain nombre de concerts par semaine si on a une grosse production mais évidemment on pourrait jouer dans des clubs et ça ne coûterait rien.

On dit que vous devez toujours un album à Polydor.
Et bien, si on fait un nouvel album, il doit sortir chez Polydor. Cela ne veut pas dire qu'on doit faire un nouvel album. Ce sont deux choses différentes. Je pourrais faire un album. Je pourrais faire un album solo qui compterait comme un album de The Cure aussi. Juste pour me débarrasser du contrat. Et alors, je pourrais renégocier un nouveau contrat pour un Greatest hits et faire beaucoup d'argent. Super!!!
Je ne sais pas ce que je veux faire, vraiment. En fait, je n'ai pas encore commencé à trop y réfléchir. Il y a simplement ce truc à propos de l'Afrique du Sud dont on parlait l'autre nuit, parce qu'on connaît une fille qui est une princesse zulu et qui en fait est venue de là-bas jusqu'à Copenhague, là où on a annulé. Elle était un peu énervée. Et elle a dit qu'elle voudrait organiser un concert en Afrique du Sud. Mais je ne sais pas. Je sais que tous les autres veulent... Si je dis oui, on ira au Japon, en Australie, en Amérique du Sud, en Afrique du Sud, en mars et avril. C'est seulement moi qui retiens les choses parce que je n'ai pas trop envie d'y aller pour le moment. Mais je suis le seul qui a un foyer avec Simon.

Vous allez faire un nouvel album?
Oui. Je devrais plutôt faire cela. Mais je ne sais pas comment on va le faire!!! Parce que ce que je veux faire ne ressemble en rien à ce qu'on a fait auparavant.

Est-ce qu'il y a des terrains que vous voudriez expérimenter?
Oui. Je peux le projeter dans ma tête et je peux entendre ce que je veux faire. Enfin, ce n'est jamais aussi clair mais cela prend forme. Mais cela ne sonne pas comme ce qu'on a déjà fait.

C'est entre quoi et quoi?
Je ne sais pas ce que sont mes références parce que je voudrais employer un quatuor à cordes à nouveau car j'aime vraiment bien le son. Mais je veux utiliser un quatuor d'une manière où on pourrait vivre ensemble pendant à peu près un mois pour arriver à le faire sonner de la façon dont je le veux, me servir du quatuor comme un instrument, plus que comme un quatuor. Mais je voudrais que les choses soient très rythmées, employer une combinaison d'instruments qu'un groupe n'utiliserait pas.
Je ne veux pas faire un autre album pop en fait ou un autre album qui serait basé autour basse-batterie-guitare et claviers, parce que ça sonnerait comme Wild Mood Swings. "Numb" serait probablement là chose qui y ressemble le plus mais juste dans la direction globale ; ce serait beaucoup plus dur, pas aussi traditionnel. Mais ce serait quand même mélodique, toujours écoutable. Je ne veux pas faire de la musique que personne n'apprécie. Mais j'aime simplement l'idée d'employer des combinaisons de sons que je n'ai jamais utilisées auparavant.

Et l'album de dance?
Et bien, cela incorporerait de la dance. Lorsque j'ai parlé d'un album de dance, cela ne voulait pas dire un album de jungle. Ou un album de club. Ce que je veux dire, c'est qu'il y a dance et dance. Le tango c'est aussi de la dance mais ce n'est pas ce genre. L'accordéon est un autre instrument que j'aime vraiment. Je pense que ce serait des superbes sonorités. Comment s'appelle ce groupe français qui l'emploie ? Les Négresses Vertes, ils utilisent un accordéon sur certaines de leurs chansons. Lorsque j'entends ça, je pense que j'aime l'accordéon et je ne l'ai utilisé qu'une fois dans notre prétendue chanson française, tu sais "How Beautiful You Are" Mais ce n'était pas un vrai. Mais j'aimerais travailler avec quelqu'un qui peut jouer de l'accordéon, ce serait vraiment bien, écrire une chanson pour un accordéon et moi qui chante, avec un bon rythme... Le problème c'est que quand je commence à écrire des paroles, si je chante, cela va sonner comme du The Cure. Si je ne chante pas dessus, ce ne sonnera pas comme du The Cure et ça n'aura aucune importance. Tout ce que je dois décider, c'est si je veux chanter sur l'album ou si quelqu'un d'autre va chanter dessus ou si je ne veux que personne ne chante sur l'album. C'est mon seul dilemme.

Je n'arrive pas à imaginer quelqu'un d'autre chanter!!!
Je ne peux pas imaginer un garçon chanter... Ou peut-être vais-je chanter avec quelqu'un, peut-être avec une personne différente sur chacune des chansons, avoir des invités pour chanter. N'importe quoi, juste quelque chose de différent. Je veux juste ne pas refaire le même disque à nouveau. Je pensais que Wild Mood Swings, était dans la continuité de Wish, qu'ils fonctionnaient bien ensemble. Il y a plein de similarités entre les deux et je pense que Wild Mood Swings poursuivait là où Wish s'était arrêté. Je veux simplement m'arrêter là et faire quelque chose de complètement différent ce qui est un peu étrange parce que ce sera la seule fois où le groupe va rester le même. Parce qu'autant que je sache, personne ne part, à moins qu'ils ne m'aient rien dit. Alors que pour les autres tournées, il y avait tout le temps quelqu'un qui quittait le groupe. Ce serait donc marrant d'utiliser les mêmes personnes mais je pense que si on ajoute des personnes venues d'ailleurs pour jouer ça changerait la dynamique interne. Mais je pense qu'on devrait faire quelque chose l'année prochaine ou alors plus jamais, car ce sera trop tard. Je pense que si je retourne à la maison, et que je m'assois devant le feu, je ne me lèverai plus jamais. Ce ne serait pas forcement quelque chose de mauvais... Mais je pourrais le faire à la maison. Oui, je pourrais enregistrer à la maison cette fois.

Ça va être le 20ème anniversaire l'année prochaine!!!
Oui. En fait cela fait 20 ans ce soir que je suis monté sur scène pour la première fois, à mon école. En fait, le vingtième anniversaire du groupe, c'est un truc de marketing. Ça n'arrivera pas l'année prochaine. Parce que lorsque ça va arriver, ce sera comme la fin. Ce ne sera pas avant 1999 je pense. Parce que le premier album, Three Imaginary Boys, est sorti en 1979. Donc pour Polydor ou Fiction, ils préféreront célébrer les 20 ans avec la sortie du premier album. Ils sortiront tous les albums et feront plein d'argent. Cela ne veut rien dire pour personne sauf pour moi le fait que je sois monté sur scène il y a vingt ans aujourd'hui. Mais je pense qu'une fois cette rétrospective arrivée, ce sera la fin du groupe. Vraiment. Alors 1999 sera mieux pour moi. Psychologiquement. Ce sera plus comme la boucle du cercle. Et j'aurai quarante ans. Tout dégringolera au même moment!!! En fait, il y a quelques mois, j'étais assez déterminé à ce que l'année prochaine soit celle de la rétrospective et puis que tout soit terminé. Je voulais vraiment abandonner. Mais j'ai changé d'avis depuis trois ou quatre mois. Je ne me sens pas aussi abattu qu'après la tournée américaine. J'étais vraiment malheureux après la tournée américaine. J'étais vraiment fatigué mais je me sens mieux maintenant qu'au début de la tournée européenne. Je me sens de meilleure humeur. Je ne me suis jamais senti aussi heureux à la fin d'une tournée. Il y a quelque chose qui ne va pas!!! Je vais tomber de scène ce soir et je vais me casser une jambe!!!

Je ne voudrais pas te voir sur scène vieux et incapable de chanter.
C'est pour cette raison que je veux faire quelque chose de différent. Parce que je ne veux pas me retrouver en face de gens et faire ça. Je ne veux plus le faire. Je ne veux pas monter sur scène et faire "Just Like Heaven" à nouveau. C'est ce que je ne veux pas faire. Dans deux ans, je ne veux pas faire de tournée et refaire cela. Aller sur scène et faire quelque chose qui est vraiment différent. Faire des promos différentes et je ne serai pas le point central autant qu'aujourd'hui. Je ne sais pas. Il y a plein de choses que l'on peut faire et faire encore de la scène. Ça me manquerait. Je ne pense pas que je m'arrêterais complètement.